«Des cow-boys», de Sandrine Roche

Jeudi
8 déc 16
19.30
Saint-Pétersbourg et Nord-Ouest de la Russie
Nouvelle scène du Théâtre Alexandrinski
Théâtre

L'autrice, comédienne et metteuse en scène française présentera le résultat de son atelier avec les stagiaires du Théâtre Alexandrinski et les étudiants en master à l'Institut des arts de la scène de Russie.

Cette nouvelle pièce de Sandrine Roche s’inscrit dans une série de textes consacrés à la jeunesse et à ses préoccupations. Elle fait suite à Neuf petites filles (éd. Théâtrales) créée en 2014.

200 roubles / 16 ans et +

 

«Des cow-boys», de Sandrine Roche

 


Sandrine Roche étudie les sciences politiques avant de devenir chargée de production. Elle s’installe à Bruxelles en 1998 et intègre l’école de théâtre Lassaad, à l’issue de laquelle elle devient comédienne.

En 2001, le metteur en scène Barthélémy Bompard lui commande le texte Itinéraire sans fond(s) (bourse Beaumarchais) qu’il crée en 2003 à la Scène nationale d’Annecy et dans lequel elle joue. C’est ainsi qu’elle commence à écrire pour le théâtre, tout en continuant à jouer. 

Elle cofonde en 2003 le collectif La Coopérative des Circonstances, qui investit trois espaces du Parc de la Villette, à Paris, puis les galeries souterraines de Tour Taxis à Bruxelles. Elle collabore aux mises en scène bruxelloises d’Amanda Kibble (Ratoon compagnie) et Christophe Morisset (compagnie du Cuivre) ; rencontre le compositeur Rodolphe Minuit avec qui elle crée Rosa, trio à trois, en tant qu’autrice, interprète et trompettiste. 

En 2005, elle reçoit la bourse découverte du Centre national du livre pour Reducto absurdum de toute expérience humaine (premier volet de la trilogie Ma langue !), puis l’aide à la création du Centre national du théâtre en 2007 pour Carne, pièce à mâcher lentement, premier opus du diptyque La Permanence des choses, essai sur l’inquiétude, qu’elle met en scène en 2009. Le second opus, Yèk, mes trois têtes, est diffusé fin 2014 par France Culture dans une réalisation de Cédric Aussir. 

En 2010, elle s’installe à Rennes où elle commence une série d’ateliers de création avec des enfants au Théâtre du Cercle à Rennes, qui donneront naissance au texte Neuf Petites Filles (Push & Pull), lauréat des Journées de Lyon des auteurs de théâtre et publié aux éditions Théâtrales en 2011, créé en 2014 par Philippe Labaune (à la Mousson d’été et au Nouveau Théâtre du 8e) et Stanislas Nordey (au TNB et au Théâtre de la Ville). 

Elle termine en 2012 l’écriture d’Un silence idéal, deuxième volet de la trilogie Ma langue ! puis, à la demande du marionnettiste Luc Laporte, de Ravie, une adaptation de La Chèvre de Monsieur Seguin, publié aux éditions Théâtrales dans la collection « Théâtrales Jeunesse » en 2014. S’ensuivent Des cow-boys et Mon rouge aux joues, variations chromatiques sur le Petit Chaperon Rouge, terminés tous deux en résidence à La Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon en 2014 et publiés aux éditions Théâtrales en 2015. Elle travaille actuellement à l’écriture de L’Extrême complexité des choses, dernier volet de sa trilogie, et de Saxifrage, en collaboration avec le groupe Nina Fisher. 

Sandrine Roche a créé en 2008 l’association Perspective Nevski, avec laquelle elle réalise un travail de plateau autour de son écriture : La Permanence des choses, essai sur l’inquiétude, en 2009 ; Je suis la sœur unique de mon chien et autres gâteries… en 2010 ; Carne, partition pour voix, cordes et samples, en 2011 ; Neuf Petites Filles, une performance solo, en 2012 ; Ravie, en 2014 ; et Des cow-boys, création prévue en 2016. 

En 2015, à l’occasion de la création brésilienne de Neuf Petites Filles, elle a été invitée à écrire en résidence par l’Institut français du Brésil. Tout au long de l’année 2015, elle est associée aux auteurs Sylvain Levey, Catherine Verlaguet, Philippe Gauthier et Marc-Antoine Cyr pour l’écriture d’un feuilleton théâtral commandé par le Très Tôt Théâtre à Quimper, en collaboration avec l’Orchestre symphonique de Bretagne. En 2015/2016, elle sera l’un des trois auteurs (avec Stéphanie Marchais et Philippe Malone) à participer au dispositif Partir en écriture initié par le Théâtre de la Tête Noire à Saran. 

Son écriture s’inspire du jazz. Libre et instinctive, elle cherche à faire vibrer l’espace et les corps.


Un projet réalisé dans le cadre d'Echanges internationales de jeunes en partenariat avec l'Institut français à Saint-Pétersbourg.

Adresse : 
49A, quai de la Fontanka
m° Gostiny dvor
Saint Petersburg