exposition de Guy de Montlaur

Jeudi Dimanche
20 oct 16 6 nov 16
MoscouPerm
Institut français / Moscou
Exposition

Guy de Villardi, comte de Montlaur, ap­partenait à l'une des plus anciennes mai­sons de France. Son ancêtre, Bernard II de Montlaur, seigneur de Vailhauquès, avait combattu avec Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, lors de la première croisade en 1096. Le berceau de la famille est Montlaur, un château du XIème siècle au nord de Montpellier en Languedoc. Écolier à Paris, il passait ses jeudis au Louvre où il retrouvait ses peintres pré­férés : Ucello, Mantegna, Ghirlandaio, Jérôme Bosch, Botticelli, Le Titien, Le Lor­rain, Poussin, Ingres, Delacroix, Courbet, et parmi les Modernes, Kandinsky.

Guy de Montlaur étudia la philosophie à la Sorbonne, et la peinture à l'Académie Julian. En octobre 1938, juste après Munich, il commença son Service Militaire dans un régiment de Cavalerie à Sarreguemines, près de la frontière allemande. Pendant la campagne de 1940, il fit partie d'une unité de reconnaissance, "les Corps Francs", et participa à des raids en terri­toire allemand. Il rejoignit l'Angleterre en octobre 1942 et fut incorporé dans le 1er Bataillon de Fusiliers Marins Commando, le "Commando Kieffer". Il participa, le 6 juin 1944, au débarquement de Nor­mandie, à Colleville, près de Ouistreham. Tous les officiers ayant été blessés, il prit le commandement de sa section. Le 1er novembre 1944, il participa au débarque­ment allié de Walcheren, en Hollande et à la libération de Flessingue (Vlissingen). Le Capitaine Guy Vourc'h, son officier dit de lui : "Blessé à mes côtés, il refuse de se laisser évacuer. Son courage touchait à l'insolence ; il était humiliant pour l'enne­mi : sept citations et la Légion d'Honneur à 25 ans." À la Libération, Guy de Montlaur retrou­va la peinture. Il se lia d'amitié avec Gino Severini qui le conseilla. En 1947, il partit aux États-Unis avec sa famille. Il étudia la peinture à l'Art Students League de New York. En 1948 il rentra en France et s'installa à Nice. Sa première exposition individuelle eut lieu en mars 1949 à la Galerie Lucienne Léonce-Rosenberg, à Paris. A cette époque, il fréquentait les peintres Chapoval, Atlan, Schneider, Sou­lages. En avril 1951 et en janvier 1954, il exposa à la Galerie Colette Allendy à Auteuil. Pendant cette période, de 1949 jusqu'en 1954, son style, tout d'abord cu­biste, devient abstrait et rigoureusement géométrique.

1954 fut une année de transition. Guy de Montlaur s'installa d'abord à Fontaine­bleau, et quelques années plus tard à Paris. Son style évolua, il se mit à utiliser le couteau à palette, rompit les contours et les espaces. Il avait trouvé son style propre. Des années de technique et de pratique de l'Art Abstrait lui permet­taient maintenant d'exprimer totalement sa passion intérieure, tandis que le rigo­risme et la discipline cubistes lui appor­taient un sens profond de la construction.

Il était possédé par la poésie : les titres de ses toiles furent inspirés par Apollinaire, Verlaine, Baudelaire, Valéry. Il ne pouvait vivre sans musique : pendant l'exécution d'un tableau, il rejouait constamment la même oeuvre, le plus souvent de J-S Bach; d'où les titres "Morgenstern" et "Es war ein wünderlicher Krieg".

Son sens de la spiritualité dans l'art ("die Geistige in der Kunst", cher à Kandinsky) le mena à la solitude. Il trouva son refuge à Franval, dans la campagne normande où il peignit de 1975 à 1977. Guy de Montlaur mourut le 10 août 1977. Il de­manda à être enterré à Ranville en Nor­mandie, premier village libéré de France, aux côtés de ses camarades de combat tombés 33 ans plus tôt.

http://tvkultura.ru/article/show/article_id/153905/

https://www.facebook.com/Montlaur

Adresse : 
Vorontsovo pole 16, bât. 1
Moscou