Festival de cinéma "Grandir en francophonie"

Samedi
8 avr 17
12.00
Moscou
Dom Kino
francophonie
Cinéma

De la Corée du Sud à la Belgique, du Sénégal à la France, dans les faubourgs d'Abidjan, les films retenus pour ce festival présente les visages multiples de la jeunesse dans l'espace francophone.
En français sous-titré en russe. A partir de 12 ans.

Ces projections s'inscrivent dans le programme "Ecoles au cinéma" mis en place par l'Institut français de Russie avec ses établissements scolaires et universitaires pour favoriser l'éducation au cinéma des jeunes de Russie. Les projections sont ouvertes à tous. L'entrée, gratuite, nécessite une inscription prépalable en ligne : https://domkino-msk.timepad.ru/event/450295/

12h00 : Couleur de peau : miel (Jung Sik-jun et Laurent Boileau), Belgique, 2012 – 1h15 min.

Ils sont 200 000 enfants coréens disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée.
Né en 1965 à Séoul et adopté en 1971 par une famille belge, Jung est l’un d’entre eux.
Adapté du roman graphique Couleur de peau : Miel, le film revient sur quelques moments clés de la vie de Jung : l’orphelinat, l’arrivée en Belgique, la vie de famille, l’adolescence difficile... Il nous raconte les événements qui l’ont conduit à accepter ses mixités. Le déracinement, l’identité, l’intégration, l’amour maternel, tout comme la famille recomposée et métissée, sont autant de thèmes abordés avec poésie, humour et émotion...
Réalisé dans un étonnant mélange d’images réelles et dessinées, entre présent et souvenirs, utilisant à l’occasion des archives historiques et familiales, "Couleur de peau : Miel" est un récit autobiographique d’animation qui explore des terres nouvelles.

13h30 : Comme un lion (Samuel Collardey), Sénégal et France, 2012 – 1h42 min.

Mitri a 15 ans et vit dans un village au Sénégal. Comme tous les jeunes de son âge, il joue au foot en rêvant du Barça et de Chelsea. Lorsqu’un agent recruteur le repère, Mitri croit en sa chance. Mais pour partir à l’assaut des grands clubs européens, il faut payer. La famille se cotise et s’endette pour l’aider. Une fois à Paris, tout s’écroule : Mitri se retrouve abandonné sans un sou en poche, et ne peut imaginer affronter la honte du retour au village. Une odyssée faite de débrouilles commence alors. Mais son rêve de foot le rattrapera au coin d’une rencontre.

15h15 : Aya de Yopougon (Marguerite Abouët et Clément Oubrerie), Côte d’Ivoire et France, 2013 – 1h24 min.

Fin des années 1970, en Côte d’Ivoire à Yopougon, quartier populaire d’Abidjan. C’est là que vit Aya, 19 ans, une jeune fille sérieuse qui préfère rester étudier à la maison plutôt que de sortir avec ses copines. Aya partage ses journées entre l’école, la famille et ses deux meilleures amies : Adjoua et Bintou, qui ne pensent qu’à aller gazer en douce à la nuit tombée dans les maquis. Les choses se gâtent lorsque qu’Adjoua se retrouve enceinte par mégarde. Que faire ?

 

 

Adresse : 
13 rue Vasilievskaya
Moscou
Moskva