Usadba jazz : Richard Galliano, quartet New Musette, et Philip Catherine

Samedi
4 juin 16
Moscou
Arkhangelsk, scène « Aristocrate »
Musique

Coryphée d’accordéon de jazz avec un programme spécial d’anniversaire

Accordéon : ce n’est pas l’instrument le plus répandu dans le jazz, mais c’est incontestablement un instrument important dans la tradition musicale française, particulièrement lorsque l’on parle de « musette »,  le genre musical qui est né dans les cafés et bistrots parisiens au XIXème siècle, ensuite adapté pour répondre aux besoins du rythme de la polka, de la valse et d’autres danses populaires. L’accordéoniste Richard Galliano a autant apporté à ce genre léger qu’Astor Piazzolla a apporté au tango. Il a enrichi son langage grâce à l’improvisation en jazz et a amené les gens du monde entier à ne plus considérer le musette comme une musique de fond mais comme un genre musical à part entière.

« Le musette est à la France ce que le blues est aux Etats-Unis ou le tango à l’Argentine – explique Galliano – ces genres sont apparus à la suite de mélange entre plusieurs cultures et entre personnes de nationalités différentes. Les italiens et les français ont forgé le musette, les italiens et les argentins ont créé le tango, les africains et les américains ont inventé le blues. Toutes ces musiques sont des musiques de migrants dans lesquelles se mêlent colère et nostalgie du pays natal. » Trente ans plus tôt, Galliano a enregistré et présenté sa nouvelle version du musette, dans laquelle on perçoit l’influence du jazz et des compositeurs impressionnistes français et le « nouveau tango » d’Astor Piazzolla.

Depuis, l’accordéoniste a collaboré avec beaucoup de géants du jazz, comme le trompettiste Chet Baker, le saxophoniste Jan Garbarek, et le pianiste Michel Petrucciani. En plus des disques de jazz, on trouve dans sa discographie des interprétations virtuoses d’œuvres de compositeurs de musiques de films comme Nino Rota et un enregistrement des « Quatre saisons » de Vivaldi. Ses performances dans le genre musette n’ont rien à voir avec les salles de bals démodées et se font entendre sur les scènes des plus grands festivals de jazz. Cette année, l’une de ces scèness sera celle de l’Oussadba Jazz, où le maître jouera un programme spécialement consacré au 30 ans de son ensemble « New Musette Quartet » et à l’album « Spleen. » L’invité spécial de ce concert sera le guitariste Philip Catherine, l’un des guitaristes virtuoses les plus importants d’Europe, qui collabore avec Jean-Luc Ponty, George Benson, John Scofield. Il a reçu de Charles Mingus le surnom « jeune Django » pour son jeu incomparable. Passion tsigane et mélodies travaillées, sentimentalité et entrain irrésistible, éclat et misère des rues parisiennes ; on trouve tout cela dans la musique de Galliano, et vous pourrez le découvrir et l’écouter le 4 juin à l’Arkhangelsk.

www.usadba-jazz.ru

ACHETER LES BILLETS

Adresse :