Romain Gary en classe

Voici quelques pistes de réflexion pour travailler sur et avec Romain Gary en classe de FLE.

  1. Travailler à partir de la biographie de Romain Gary

La vie de Romain Gary ressemble à un roman... Outre le plaisir du jeu, voulu par Gary qui s'est inventé plusieurs vies, aborder la vie de cet auteur permet de parcourir l'histoire du XXe siècle dans une logique interdisciplinaire et interculturelle.

  • un petit Juif né dans le vaste Empire russe d'avant-guerre

Aborder la vie de Roman Kacew, né à Moscou ou Vilno d'une mère juive originaire de Koursk et d'un père inconnu (peut-être acteur ?), est une formidable occasion d'aborder l'histoire de la Russie en cours de FLE. A cette fin, nous vous recommandons le très beau site de cartographie de Sciences Po, et notamment les cartes consacrées à l'expansion de l'Empire russe et aux frontières de la Russie en Europe. Voici une formidable occasion de proposer à vos collègues d'histoire un travail interdisciplinaire autour de la cartographie.

  • un jeune immigré

Roman Kacew débarque à Nice avec sa mère en 1928. Jusqu'à sa naturalisation en 1935, il partage alors le quotidien des jeunes immigrés russes de l'entre-deux-guerres... dont beaucoup sont des personnalités marquantes de la culture russe, française, ou franco-russe. Pourquoi ne pas proposer à vos élèves de choisir l'une de ces figures d'immigrés (Tsvetaeva, Sarraute...), de réaliser un exposé ou un panneau pour les présenter dans le cadre du cours de littérature russe ? Voici une belle occasion de rendre visible un aspect essentiel des échanges culturels franco-russes au XXe siècle.

  • un "Compagnon de la Libération"

Dès le début de la guerre, Romain Gary choisit de s'engager. Il participe à toute la guerre, qui constitue une expérience fondamentale : la découverte de l'Afrique, la rencontre du général de Gaulle, le mariage avec Lesley Blanch et la publication d'un premier roman constituent autant de jalons qui déterminent la vie du tout jeune écrivain.

  • un diplomate

La carrière de Romain Gary au Quai d'Orsay est l'occasion d'évoquer avec vos élèves et étudiants la diplomatie française. Affecté à la chancellerie en Bulgarie, à la représentation permanente de la France à l'ONU à New York, puis Consul de France à Los Angeles, les différents postes occupés par Gary permettent de dresser un vaste panorama de la diplomatie française.

  • l'époux de deux étrangères

En 1944, Romain Gary épouse Lesley Blanch, écrivain anglais fasciné par l'Orient qu'il incarne à ses yeux. En 1963, il divorce pour épouser la sublime Jean Seberg. Pourquoi ne pas proposer à vos élèves et étudiants de (re)voir le film de Godart, A bout de souffle, que la jeune femme vient de tourner lorsqu'elle rencontre, en 1959, le Consul de France à Los Angeles ? Godart, rompant avec la tradition du classicisme cinématographique français, y met en scène Jean Seberg, incroyable de naturel, face à Jean-Paul Belmondo, qui devient alors une figure emblématique de la Nouvelle Vague à laquelle s'identifie la jeunesse française des années 1960. Vous pouvez télécharger les documents pédagogiques réalisés par le Centre national du cinéma et de l'image animée.

  • un écrivain engagé... ou libre

Les positions de Gary permettent également de réfléchir aux combats marquants des intellectuels au XXe siècle. Gaulliste de la première heure, il restera fidèle au Génaral jusqu'à la fin. Pourtant, contrairement à son camarade André Malraux, il gardera toujours de réelles distances vis-à-vis des sphères du pouvoir, préférant sa liberté d'écrivain. Français d'origine juive et russe, il incarne par ailleurs la lutte pour la tolérance et le droit à la différence. Pourtant, il acceptera mal les relations de Jean avec les Black Panthers, mouvement noir américain pour l'égalité des droits, et montrera avec cynisme, dans Chien blanc, la vanité de l'engagement des artistes.

pour aller plus loin...

ANISSIMOV Myriam, Romain Gary le caméléon, Denoël, 2004.
HUSTON Nancy, Tombeau de Romain Gary, Acte Sud, coll. « Babel », 2002.
BONA Dominique, Romain Gary, Gallimard, coll. « Folio », 2001.

L'INA propose un grand nombre de vidéos d'archives pour enrichir vos cours de documents authentiques.

2. Travailler à partir de l'oeuvre de Romain Gary

L'oeuvre de Romain Gary, disponible en éditions de poche, mérite d'être lue et étudiée.

On pourra notamment proposer

  • un travail d'écriture autour des titres de ses romans, souvent très poétiques.
  • une réflexion sur l'étranger/l'étrangeté dans l'écriture de Romain Gary : quels thèmes montrent évoquent le déracinement, mais aussi la réflexion autour des identités plurielles qui sont les siennes ? comment se manifeste, dans la langue, la recherche d'une langue autre, qui ne craint pas la faute ou la familiarité, dans sa recherche d'une expresison véritablement littéraire ? Nous vous proposons de relire à cette occasion le texte d'Amin Maalouf sur la question des identités multiples que nous vous avions proposé dans le cadre d'une réflexion sur l'argumentation en classe de langue.
  • une réflexion sur l'écriture autobiographique et ses supercheries.
  • une réflexion sur les valeurs de tolérance prônées par Gary.

En ligne :

On pourra également utiliser une présentation préparée dans le cadre du centenaire de Romain Gary.

3. Pour les étudiants en littérature

De nombreux colloques et ouvrages ont été consacrés à Gary ces dernières années. En voici quelques exemples :

  • Loxias 44, "Romain Gary – La littérature au pluriel", sous la direction d’Odile Gannier et Timo Obergöker, mars 2014.
  • Amélie Vrla, Romain Gary, Emile Ajar - Regards croisés, Paris, L'Harmattan, 2014.
  • Ruth Diver, Enfants russes, écrivains français. Nathalie Sarraute, Romain Gary, Paris, Honoré Champion, coll. "Bibliothèque de littérature générale et comparée", 2013. Compte rendu par Nicolas Aude, « Enfances déracinées : le roman familial russe des écrivains français », Acta fabula, vol. 14, n° 8, Essais critiques, Novembre-Décembre 2013.
  • Christophe Pérez, Romain Gary. La Comédie de l'Absolu, Paris, Eurédit, 2009. Compte rendu par Katell Thomas, « Romain Gary songe l’humain », Acta fabula, vol. 11, n° 5, Notes de lecture, Mai 2010.
  • Julien Roumette, « Les premiers récits de Romain Gary : la fiction au risque du discours moral », Fabula / Les colloques, Les moralistes modernes.