Le voyage de Dumas en Russie

Cette conférence, donnée par Virginie Tellier, docteur en littérature comparée, s'inscrit dans le programme de l'année franco-russe du tourisme culturel.

 

Téléchargez la présentation.

Résumé : La parution, en 1838, des Mémoires d'un touriste de Stendhal contribue à rendre populaire un néologisme, destiné à une incroyable fortune. La conférence cherchera à dresser le portrait, parfois drôle, toujours passionnant, de l'écrivain français en touriste, et notamment quand il traverse la Russie... A partir d'une lecture du Voyage en Russie de Dumas, mais sans exclure la référence à d'autres écrivains voyageurs, on cherchera à mettre en évidence que le récit de voyage est une tentative de dialogue, avec autrui, avec soi et avec son lecteur. Qu'il réussisse ou qu'il échoue, le dialogue esquissé démontre que notre identité se construit toujours au miroir d'autres cultures.

Routes

La conférence s'attachera tout d'abord à la dimension matérielle du voyage : comment voyage-t-on au XIXe siècle ? Quel effort cela représente-t-il ? On verra ainsi que le récit, avant d'être littéraire, se veut narration fidèle d'une aventure vécue, où routes, repas et repos tiennent une place essentielle.

Regards

On réfléchira ensuite au regard porté sur le monde par le touriste voyageur, qui tente de donner sens à ce qu'il voit, en le rapportant à ce que d'autres ont vu avant lui, à ce qu'il a vu lui-même au cours d'autres expériences et à ce qu'il pensait voir lorsqu'il s'est mis en route : critique, surpris, empathique, le regard du voyageur se fait aussi, parfois, introspectif, lorsque celui-ci constate avec amusement ce que le voyage lui fait vivre. Du déjà-vu au jamais-vu, tout le pittoresque du voyage se déploie.

Rencontres

Si le voyage constitue d'abord le parcours d'un espace, parfois la recherche d'un désert, il est aussi le lieu de rencontres, qui se vivent dans les ruses de la langue, la recherche d'un dialogue et la joie de tomber, parfois, sur un concitoyen bienveillant. On verra alors comment l'écrivain français suscite et construit ce rapport à l'autre, lorsqu'il traverse la Russie... sans parler un mot de russe !

Récits

Enfin, on proposera un questionnement d'ordre plus littéraire sur la mise en texte de l'expérience du voyage, sur le travail des sources et de la citation qui s'y élabore, sur la création d'un genre, qui se joue des frontières génériques - roman d'aventures, roman historique, essai, autobiographie -, comme le voyageur se moque des frontières géographiques.

 

N.B. La conférence a été donnée dans le cadre du Marathon pédagogique de la ville de Moscou, puis le 27 avril à Nijni Novgorod.