«La Disparition» de Perec : des sons et des lettres

Mardi
4 avr 17
19.00
Saint-Pétersbourg et Nord-Ouest de la Russie
Nouvelle scène du Théâtre Alexandrinski, salle noire
francophonie

Soirée poético-musicale en compagnie des traducteurs Valerie Kislov et Stéphane Roques, de l’artiste Nick Teplov, des musiciens Vladimir Volkov et Vyacheslav Gayvoronskii.

Présentation de la nouvelle version traduite de «La Disparition» de Georges Perec aux éditions Ivan Limbakh) dans le cadre du Festival de la Francophonie à Saint-Pétersbourg.

Réservez vos places (400 roubles) / Evénement Facebook

 


Dans son roman « La Disparition » (1969), l’écrivain français Georges Perec n’emploie  aucun mot se terminant par la voyelle la plus utilisée en français -- « e ».

Trahir qui disparut, dans La disparition, ravirait au lisant subtil tout plaisir. Motus donc, sur l’inconnu noyau manquant -- « un rond pas tout à fait clos finissant par un trait horizontal » --, blanc sillon damnatif où s’abîma un Anton Voyl, mais d’où surgit aussi la fiction. Disons, sans plus, qu’il a rapport à la vocalisation. L’aiguillon paraîtra à d’aucuns trop grammatical. Vain soupçon : contraint par son savant pari à moult combinaisons, allusions, substitutions ou circonvolutions, jamais G.P. n’arracha au banal discours joyaux plus brillants ni si purs. Jamais plus fol alibi n’accoucha d’avatars si mirobolants. Oui, il fallait un grand art, un art hors du commun, pour fourbir tout un roman sans ça ! B. Pingaud

Le traducteur Valery Kislov, son collègue français Stéphane Roques, l’illustrateur Nick Teplov, les musiciens de Jazz Vladimir Volkov et Vyacheslav Gayvoronskii vous convient à une performance musicalo-littéraire composée de :

Lecture de textes à haute-voix
Performance musicale,
Emission de sons et de bruits,
marmonnements et babillages,
Au même moment,
projection cohérente de couleurs et d’images en noir et blanc sur l'écran,
Obscurité totale

 

Francophonie à Saint-Pétersbourg : suivez les actualités et merci d'inviter vos amis sur la page de l'événement Facebook et Vk

 


Valeri Kislov : romancier, poète, critique et chercheur de contraintes dans la littérature. Il est également traducteur en français, et a notamment travaillé sur les œuvres d'Alfred Jarry, René Daumal, Boris Vian, Raymond Queneau («Exercices de style», etc.), Georges Perec.

Stéphane Roques est un traducteur littéraire français qui vit et travaille à Saint-Pétersbourg. Il a notamment traduit des ouvrages de Jack London, Junot Diaz, Gary Shteyngart, Jonathan Lethem ou Marcel Theroux. Il traduit actuellement le dernier roman de Jonathan Safran Foer.

Vyacheslav Gayvoronskii : compositeur, trompettiste, spécialiste de solfège, pédagogue. Il joue en trio avec Volkov et Kondakov ainsi qu'avec Pesin et Yakubovski. Il est l'auteur de chansons symhoniques de Grebenchikov, avec le chanteur Niloy Akhsan et le tabliste Denis Koucherov, parfois également avec le «patriarche russe du noise» Nicolas Soudnik. Musicien étonnant, il s'inscrit dans le genre et la stylistique de la diversité. Dans son oeuvre, se conjuguent tradition académique classique et  free-jazz, aléatoires et be-bop, standards de jazz et indiens, musique sacrée et folklorique.

Vladimir Volkov : contrebassiste, compositeur, un des plus remarquable et illustre musicien de jazz russe et pas seulement. Il s'inscrit également dans des projets d'avant-garde rock et ethno-jazz en menant le groupe Volkov Trio.

Nik Teplov : designer graphique, artiste de la maison d'édition Yvan Lymbakh mais également réalisateur de court-métrage et de vidéo de design.

 


Photos : soirée consacrée à Erik Satie, avec la particiption de Valéri Kislov, de Vladimir Volkov et Viatcheslav Gaïvoronski, avec l'aimable autorisation galerie Bulthaup

Adresse : 
49A, quai de la Fontanka
m° Gostiny dvor / Nevsky prospekt