Marie-Pierre Bouchaudy: «Nouveaux lieux, nouvelles pratiques de l’art»

Mercredi
13 fév 19
19.30
Saint-Pétersbourg et Nord-Ouest de la Russie
Nouvelle Hollande
Urbanisme

La réappropriation par des groupes d’artistes ou des porteurs de projets culturels de bâtiments industriels délaissés souvent situés en périphérie de centres urbains, parfois aussi désignés comme « friches culturelles » en France ou « fabriques » dans les pays du Nord de l’Europe, représente un phénomène initialement apparu dans les années 1970. Héritières des formes de la contestation sociale et politique de ces années 1970 et influencées par les mouvements de la contre-culture qui leur sont associés, les premières friches culturelles illustrent une volonté de se distinguer de la conception des pratiques artistiques dominantes. Aujourd’hui ces espaces se sont multipliés et diversifiés.

Depuis le début des années 2000, le ministère de la Culture porte un intérêt tout particulier à ces espaces qui expérimentent de nouvelles modalités d’inscription de l’art dans la société et d’exploration d’esthétiques innovantes. Cette reconnaissance institutionnelle se traduit par le fait que le Pavillon français à la Biennale internationale d’architecture de Venise en 2018 a été consacré à ces « lieux infinis, lieux pionniers qui explorent et expérimentent des processus collectifs pour habiter le monde et construire des communs ».

 

Marie-Pierre Bouchaudy est chargée des missions de conseil, expertise et évaluation à la Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture. Son parcours inclut diverses expériences associatives, dont le développement artistique et culturel en milieu rural en Auvergne, la préfiguration de télévisions locales à Angers ou Avoriaz, l’action culturelle en Guadeloupe, le chantier du projet « Les nouveaux territoires de l’art », le développement d’une politique de présence artistique sur les territoires visant notamment l’intervention artistique au cœur des mutations urbaines. Elle proposera un panorama de ces pratiques et nouveaux lieux et des enjeux pour la création contemporaine.

La conférene se tiendra en français avec traduction. L'accès est gratuit, sur réservation

 

Adresse :