Les matins à la médiathèque: les documentaires de Nicolas Philibert

Jeudi Vendredi
9 fév 17 10 fév 17
11.00 11.00
Saint-Pétersbourg et Nord-Ouest de la Russie
Institut français de Saint-Pétersbourg
Cinéma

Rejoignez-nous pour une projection et une discussion sur la création des deux films autour d'une tasse de thé.

Les films sont projetés en version originale, sous-titrés en français. Entrée libre.

 


Nicolas Philibert fait ses premières armes dans le cinéma à 19ans avec René Allio en participant au tournage des Camisards, pendant ses vacances d'été. Une fois l'expérience passée il reprend ses études à Grenoble. Deux ans plus tard, à Paris, Philibert retrouve Allio sur le tournage de Rude journée pour la reine, où il occupe les postes d'assistant décorateur et responsable des accessoires. L'année d'après il devient assistant-réalisateur sur Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère, une expérience qui marquera sa carrière durablement.

Il confirme sa vocation artistique dès ses 27 ans lorsqu'il co-réalise avec Gérard Mordillat le film La Voix de son maitre en 1978. Il sera d'ailleurs momentanément lié avec Gérard Mordillat, puisqu'il apparait lors de séquences clins d'oeil dans les premiers films du réalisateur, comme par exemple dans Vive la sociale (1983) ou Fucking Fernand (1987). Mais c'est la réalisation qui attire définitivement Nicolas Philibert, plus particulièrement la réalisation de documentaires. Son premier long métrage documentaire, La Ville Louvre, date de 1990 et retrace l'activité nocturne du célèbre musée. Le Pays des sourds en 1992 décrit la culture et le quotidien des personnes atteints de surdité totale.

Nicolas Philibert est marqué par le désir d'apporter un autre regard sur les éléments contemporains de notre société. En 2002, il signe le documentaire Etre et avoir, en plongeant sa caméra dans une classe communale unique. Le film remporte un immense succès (environ 1,8 millions d'entrées) et gagne le prix Louis Delluc, en plus d'être présenté en compétition à Cannes. En 2004, la prestigieuse Fémis (Ecole normale supérieure des métiers de l'image et du son) l'invite à donner une conférence, où il choisit de présenter l'oeuvre de René Allio. Abasourdi par la méconnaissance de son audience vis-à-vis de cet auteur, il décide de repartir sur les lieux du tournage de Moi, Pierre Rivière pour tourner le documentaire Retour en Normandie

 


 

Jeudi 9 février 11h

ÊTRE ET AVOIR

Dans une toute petite commune rurale d'Auvergne, l'école primaire est assurée par un unique instituteur, Georges Lopez, qui accueille dans sa classe une quinzaine d'enfants dont le niveau va de la maternelle au CM2. Le documentaire s'intéresse aux conditions d'enseignement et de vie dans ce cadre particulier, aux relations qui se tissent entre les élèves et leur professeur, ainsi qu'au rapport entre l'enseignant et les parents d'élèves. L'approche pédagogique de l'instituteur est mise en avant.

Version originale française sous-titrée en français. 1h44min

 

Vendredi 10 février 11h

LA MAISON DE LA RADIO

Une plongée dans les coulisses de Radio France, à la découverte de ce qui échappe habituellement aux regards.

Version originale française sous-titrée en français. 1h39min

 

Adresse : 
12, perspective Nevski
m° Admiralteyskaya / Nevsky prospekt