Rencontre avec Fouad Laroui

Samedi
15 avr 17
17.00
Saint-Pétersbourg et Nord-Ouest de la Russie
Institut français de Saint-Pétersbourg
francophonie
Rencontres
Livre

Né au Maroc, professeur de sciences de l’environnement à l’Université libre d’Amsterdam et chroniqueur à « Jeune Afrique », il écrit en langue française — majoritairement — et néerlandaise. Autant dire qu’il incarne tout particulièrement cet « humanisme intégral » qu’est la francophonie pour l'un de ses principaux promoteurs Léopold Senghor. 

En français avec traduction. Entrée libre

 

Francophonie à Saint-Pétersbourg : suivez les actualités et merci d'inviter vos amis sur la page de l'événement Facebook et Vk

 


 

Ecrivain francophone maroco-néerlandais, cet ancien élève du Lycée français de Casablanca, ingénieur de l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées, est également professeur de sciences de l’environnement à l’Université libre d’Amsterdam et chroniqueur à Jeune Afrique. Autant dire qu’il incarne tout particulièrement cet « humanisme intégral » qu’est la francophonie pour Senghor.

Ces œuvres de fiction lui valent le prix Goncourt de la nouvelle en 2013 et le grand prix Jean-Giono en 2014, année où il reçoit également la Grande médaille de la francophonie de l’Académie française. Parmi ses œuvres les plus célèbres, on compte Une année chez les Français (Julliard, 2010), où, s’inspirant de sa propre histoire, il met en scène avec humour l’entrée en sixième de Mehdi au Lycée français de Casablanca. Inspiration autobiographique encore dans Les Tribulations du dernier Sijilmassi : Sijilmassi se pose soudainement des questions sur le sens de sa vie d'ingénieur. Convaincu que cette vie n'est pas celle qui lui correspond, il décide de revenir aux sources, dans son pays d'origine : le Maroc. On doit également à Fouad Laroui des essais, notamment sur l’Islam ou la situation linguistique du Maroc.

 

Adresse : 
12, perspective Nevski
m° Admiralteyskaya / Nevsky prospekt