«Curse of Knowledge»: rencontres avec des artistes contemporains

Mercredi Mercredi
20 Jan 21 2 juin 21
Saint-Pétersbourg
En ligne
Arts visuels

L'Institut français présente Curse of Knowledge, une série de rencontres avec des artistes contemporains qui présenteront leurs projets, vous en diront plus concernant la structure de leurs œuvres et répondront à vos questions.

Il arrive fréquemment que les œuvres d’art contemporain, en particulier celles qui relèvent de la sphère du bio art, du data art, de la réalité virtuelle et augmentée ou encore du spatial sound, ne soient pas faciles à appréhender pour les spectateurs et les autres artistes. Cela est dû, en partie, à la vitesse de développement des technologies et à l'émergence de formes connexes, mais également, au fait que ces artistes numériques sont dans l’incapacité de se mettre à la place du public lorsqu’ils expliquent leurs œuvres. Devenus spécialistes, ils oublient les difficultés inhérentes à la découverte et l’étude d’une nouvelle pratique.

Toutes les rencontres du cycle sont à (re)découvrir en intégralité en français ou en russe.

 


• mercredi 20 janvier 19h : rencontre avec Rocio Berenguer

Dans ses projets hybrides réunissant texte, danse, vidéos, art numérique, Rocio Berenguer s’intéresse aux grands enjeux et mutations de notre monde contemporain — parmi lesquels l’évolution des espaces de liberté individuelle au sein de notre
société, la place des technologies dans notre quotidien, les questions d’écologie.

Elle est actuellement artiste associée du Théâtre Nouvelle Génération, Centre dramatique national de Lyon, en résidence de recherche au Centre des arts d’Enghien-les-Bains, scène conventionnée pour les écritures numériques et à l’Hexagone, scène nationale de Meylan.

 

• mercredi 27 janvier 19h : rencontre avec Elise Morin

Formée à l’enseignement de l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, de la Central Saint Martins College de Londres, puis de la Tokyo National University of fine arts à Tokyo, Elise Morin développe une pratique interdisciplinaire ancrée dans la pensée écologique qui interroge notre relation au visible et aux modes de coexistence. Les dispositifs de conception et de production génèrent des collaborations avec des scientifiques, des communautés locales, des ingénieurs, des musiciens, des philosophes. Le choix de lieux et de milieux spécifiques sont des composantes intrinsèques de son travail. Ils permettent d’engager une réflexion sur la relation qu’entretient la création au bien commun, sur le rôle de l’esthétique dans la compréhension d’autres perceptions d’un monde terrestre abîmé.

 

• mercredi 10 février 19h : rencontre avec Filippo Fabbri et Laurent Karst

Filippo Fabbri est compositeur, arrangeur musical, pianiste, multi-instrumentiste et chercheur. Il s'intéresse aussi bien au cinéma, qu'au théâtre ou à la production d'installations. Au centre de son travail : la relation entre le son, l'espace, le corps et l'esprit. Il mène des recherches dans le domaine de la nanotechnologie et de l'art sonore, ainsi que sur les interactions synesthésiques, l'acoustique adaptative, le son spatial, la sonification et la réalité augmentée. 

Laurent Karst est architecte designer, vainqueur du prix de la Villa Médicis de 1995 pour la recherche sur le traitement des déchets industriels. Il a conçu (en collaboration avec l'architecte Serge Eloire) la série de sculptures marines Amphitrite I et de nombreux monuments cybernétiques pour l'environnement urbain. Fondateur du bureau d'architecture Atelier 16, il collabore activement avec artistes et scientifiques.

 

• mercredi 17 février 19h : rencontre avec Mathieu Pradat

Mathieu Pradat réside à Marseille. Auteur, réalisateur, architecte de formation, il inscrit sa pratique dans l’interaction croissante entre mondes virtuels et réels, comme autant de territoires porteurs de récits et d’émotions. Ses projets (The Roaming, Proxima) ont été sélectionnés et primés dans de nombreux festivals dans le monde. Il explore les formes narratives interactives immersives multi-utilisateur à vivre en grand format dans des lieux dédiés ou online. Ces expériences sont précalculées ou encore prennent la forme du théâtre immersif en réalité virtuelle. Mathieu Pradat est PdG de La Prairie productions, atelier créé en 2010 avec Marie Eve Roques.

Il a enseigné de 2010 à 2013 à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, en master, la vidéo pour les architectes. De 2017 à 2019, il a été responsable des modules « Digital Stories » puis « Réalités augmentées » consacré à l’écriture et la réalisation de projets VR/AR du master Nouveaux médias de l’Université de Savoie — Mont Blanc. Il y a créé le premier poste de consultation VR d’une Bibliothèque universitaire française. Il intervient ponctuellement à la Fonderie de l’image à Bagnolet, à l’Université Montpellier — Paul Valéry, à l’Université des Amériques à Quito, Équateur et auprès d’enfants de 7 à 13 ans, dans des ateliers d’initiation à la VR à Arles.

 

• mercredi 24 février 19h30 : rencontre avec Adelin Schweitzer

Né en 1978, Adelin Schweitzer vit et travaille à Marseille. Diplômé en 2004 de l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence, il poursuit depuis une carrière d’artiste polymorphe à la croisée des chemins entre performances immersives, expérimentations audiovisuelles et nouvelles technologies. Du Rimini Protokoll en passant par Tinguely, Marc Pauline du S.R.L. ou bien encore Stelarc, Adelin s’inscrit dans une filiation artistique d’avant-garde. Puisant dans les imaginaires de la science-fiction et des sciences cognitives, l’artiste trace au fils du temps les contours d’un univers prospectif singulier.

 

• mercredi 3 mars 19h : rencontre avec Jérémie Bellot

Titulaire d’une licence de cinéma puis d’un diplôme de l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, Jérémie Bellot est aussi bien régisseur audiovisuel, architecte, qu’artiste numérique. Sociétaire de L’Ososphère à travers diverses activités, il est impliqué au sein d’AV Exciters et manager d’AV Lab, premier Fab Lab tout public ouvert à Strasbourg au Shadok.

Le travail de Jérémie Bellot propose un regard sur l’espace et les paysages urbains, une approche sensible utilisant les pixels et la lumière dans la mise en place d’installations artistiques. En intervenant sur des pièces d’art ou des références architecturales, il tend au développement d’une architecture non-standardisée basée sur une spatialité immersive en interaction avec l’humain.

 

• mercredi 10 mars 19h30 : rencontre avec Esteban Fourmi et Aoi Nakamura

AΦE compagnie crée des performances pas forcement limités à la scène. Inspirés par un monde transformé par les nouvelles technologies, les directeurs artistiques Aoi Nakamura et Esteban Fourmi chorégraphient des parcours audacieux et inhabituels. Leurs productions de danse et de réalité virtuelle, ont été présentées dans le monde entier.

 

• mercredi 17 mars 19h30 : rencontre avec Vera Martynov et Andrew Graham

Chorégraphe et danseur, Andrew Graham travaille avec des artistes et des compagnies de renom, dont Joan Jonas, Xavier Leroy, Aurelia Thiérrée et danse des pièces de Rachid Ouramdane, Hetain Patel ou encore Jerome Bel. En 2019, il monte un Sacre du printemps pour le Festival de Marseille, au sein du projet Sacre XXL d’Alain Platel. 

La même année, Il est invité par la metteuse en scène russe Vera Martynov à co-créer l’installation-vidéo Omorfoi et le design de l’exposition de céramiques russes du XVIIIe siècle pour la fondation Hermitage, à Moscou et à Hanoi.

Sa pratique chorégraphique fait de la place pour les rencontres incarnées. Elle prend le langage de l’inclusion et le fait exister dans le domaine matériel. C’est une structure centrée sur la pratique, focalisée sur les liens entre les personnes. Elle ne porte aucun jugement sur ce que devraient être les corps idéaux, mais cultive plutôt l’esthétique et les styles fondés sur les connexions.

 

• mercredi 24 mars 19h30 : rencontre avec Alexandrine Stehelin

Productrice, consultante et curatrice (AR/VR/XR, création numérique), Alexandrine Stehelin est titulaire d’un Master de Philosophie (Paris 1-Panthéon Sorbonne), et d’un Master spécialisé Management des médias (ESCP Europe). Au sein de Small Bang, elle produit notamment Phallaina de Marietta Ren, la première bande défilée pour tablettes et smartphones (France Télévisions Nouvelles Ecritures - Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême 2016), et Fugue VR, une expérience mêlant danse et VR réalisée par Michel Reilhac sur une chorégraphie de Yoann Bourgeois (lancée dans le cadre de la Biennale de la Danse de Lyon en 2018). Au sein de Lucid Realities, elle accompagne également la création de l’expérience de réalité virtuelle installative Endodrome de Dominique Gonzalez-Foerster (HTC Vive Arts/Biennale d’Art de Venise, 2019).

En 2019, elle rejoint le département numérique de l’Institut français pour accompagner l’expertise française à l’international (VR, XR, jeu vidéo, médiation numérique et innovation culturelle). Alexandrine a récemment emménagé à Aix-en-Provence, où elle accompagne la diffusion d’œuvres mêlant réalité virtuelle et spectacle vivant, et rejoint les équipes de Lucid Realities en tant que production manager.

 

• mercredi 31 mars 19h30 : rencontre avec Armando Balice

La dimension poétique et symbolique du « noir » inspire ses musiques. L’idée de travailler sur ce concept lui vient d’un poème de Guillevic qui l’a marqué. À partir de là, il aime explorer les différents aspects du noir, de la simple intensité de la couleur aux sens et références plus abstraits que l’on peut y trouver.

Compositeur, musicien improvisateur, co-fondateur et directeur de la compagnie de création sonore et musicale Alcôme, Armando Balice enseigne la musique électroacoustique au conservatoire du Grand Chalon et collabore avec La Muse en Circuit en tant qu’artiste intervenant pédagogique. Il a bénéficié de commandes de différentes structures comme l’INA-GRM ou encore la compagnie musicale Motus ainsi que de divers festivals. La compagnie Alcôme qu’il dirige dispose de son propre acousmonium organise régulièrement des concerts de musique électroacoustique. Ses musiques ont été jouées dans de nombreux pays, notamment au festival Acousmonium à Saint-Pétersbourg.

 

• mercredi 7 avril 19h30 : rencontre avec Jeanne Susplugas

Le travail de Jeanne Susplugas a été largement montré en France (Palais de Tokyo, FRAC Haute-Normandie, Musée d’art moderne St Etienne) ainsi qu’aux Etats-Unis, en Serbie, en Pologne ou encore en Chine. Ses films ont été présentés lors du festival Hors Pistes (Centre Pompidou, Paris), du Festival international à Locarno; à Marseille ainsi qu’à Miami.

 

• mercredi 21 avril 19h00 : rencontre avec Pierre Friquet

Apprenti sorcier, Pierre Friquet alias Pyaré est un artiste numérique, créant des univers immersifs. Son intention est de permettre aux gens de se reconnecter à leur propre corps et à leur soi profond grâce à l'art et à la technologie. Ses oeuvres se concentrent sur les expériences immersives et sont parlées dans des médias internationaux comme Wired, Vice, Forbes ; elles ont été récompensées au Festival du nouveau cinéma, au Festival Kaleidoscope et au Festival Filmgate. Sa dernière œuvre originale en VR est « Spaced Out », une première du genre car elle met les visiteurs dans une piscine tout en étant en VR, est sélectionnée au festival Sundance en 2020.

Récemment, il a réalisé le concert virtuel en VR pour Jean-Michel Jarre. Il a collaboré avec des réalisateurs et des artistes tels que Alejandro Jodorowsky, Jonny Greenwood et Marc Caro. Après avoir vécu en Inde, en Afrique du Sud et au Canada, il vit désormais à Paris.

 

• mercredi 28 avril 19h30 : rencontre avec Margherita Bergamo

Margherita Bergamo Meneghini, alias Telma Ha, est une danseuse, chorégraphe et chercheuse née à Padoue, en Italie. Elle s’est consacrée à la danse contemporaine et a effectué des études de chorégraphie au Conservatoire de danse de Barcelone (CSD Institut del Teatre) après une carrière professionnelle au sein de l’équipe italienne de gymnastique rythmique. Elle a également étudié à la faculté de philologie de l’Université Ca' Foscari de Venise et à la faculté d’histoire de l’Université de Barcelone. En 2017, elle s’installe en France et fonde la Compagnie Voix. Dans ce cadre, elle a entamé une recherche création sur la danse et les applications technologiques. Sa pièce Eve, Dance Is an Unplaceable Place, alliant danse et réalité virtuelle incarnée (EVR), co-produite par Compagnie Voix & Omnipresenz, a reçu avec le co-créateur Daniel González le Laval Virtual Award Recto VRso (France), le Grand Prix VR au Festival du Film de Kaohsiung (Taiwan) en 2019, et elle est sélectionnée dans le catalogue du département numérique de l’Institut français.

 

• mercredi 12 mai 19h30 : rencontre avec Gaëtan Gromer 

Animé par l’extension du domaine artistique par les technologies mais également par les nombreux questionnements qu’elles suscitent, Gaëtan Gromer mène une activité de création aux confluents de la composition, de la performance et de l’installation multimédia. Il interroge notamment l’impact social et environnemental des technologies, le discours politique technocentrique et la fabrication de l’information. Il utilise principalement l’étonnant pouvoir de suggestion et d’immersion du sonore pour livrer un regard sur le monde, un point d’ouïe particulier, pour « dire » avec le son.

Il fait régulièrement converser son travail avec d’autres disciplines artistiques et techniques au sein notamment du collectif d’arts technologiques Les Ensembles 2.2, dont il assume la direction artistique, et des nombreuses collaborations avec des artistes comme Maria La Ribot, Léo Henry, Etienne Fanteguzzi, Zahra Poonawala, Philippe Boisnard, Nicolas Schneider, Paul Hossfeld, Espèce de collectif, Germain Roesz, Sylvie Villaume, Stéphane Perger, etc. Il est lauréat de nombreux prix européens d’arts numériques et auteur de la musique de Juste l’embrasser de Samuel Henry (prix SABAM au festival international du film fantastique de Bruxelles en 2008).

 

• mercredi 19 mai 19h30 : Ecosystèmes des arts numériques en France  

Discussions avec les créateurs du Réseau national des arts hybrides et cultures numériques HACNUM sur la structuration, organisation et développement des écosystèmes des arts hybrides et cultures numériques en France, et avec les représentants de l’Institut français sur les stratégies du développement de la coopération internationale dans le domaine des arts numériques.

Participants : Géraldine Taillandier (vice-présidente de HACNUM, directrice de Saint-Ex culture numérique, Reims) ; Mathieu Vabre (vice-président de HACNUM, directeur de l’association Seconde Nature, co-directeur de la Biennale des imaginaires numériques CHRONIQUES, Aix-en-Provence/Marseille) ; Hannah Loué (chargée de projet, appui aux cultures numériques, Institut français) ; Emmanuelle Faucilhon (attachée audiovisuelle régionale Russie/Kazakhstan).

 

• mercredi 26 mai 19h30 : rencontre avec Charles Ayats

Auteur et designer, Charles Ayats conçoit des expériences interactives et participatives souvent enrichies de mécaniques de jeu pour faciliter la transmission de connaissance, à l’image de Type:Rider, triptyque ludique sur l’histoire de la typographie, co-réalisé en 2013. Passionné par la réalité virtuelle, il adapte en 2016 la bande dessinée Sens de Marc-Antoine Mathieu. Objet hybride, Sens VR est sélectionné dans de nombreux festivals (Tribeca, RIDM, FIFA, Salon du Livre, A MAZE,…).Il poursuit son exploration des nouveaux formats pour raconter des histoires entre récit et interactivité avec la co-réalisation du Cri (2018), 7 Lives (2019) et M.O.A (2020).

 

• mercredi 2 juin 19h30 : rencontre avec Clément Claudius

Le street art, la photographie et la performance s’entremêlent dans l’œuvre de Clément Claudius (né en 1985 en France, vit et travaille à Berlin). Poétiques, politiques et pleines d’humour, ses œuvres sont une invitation au dialogue et à l’interaction. Ses projets, comme Social Ladder (2018), Embrace the Hate (2019), Artist’s Meditation (2017), DominoZzz... Game Set (2019) s’inspirent du collectif, le public se retrouve à l’origine de la création, sans le savoir.

Les rencontres sont diffusées en direct sur les pages Facebook (en français) et Vk (en russe) de l'Institut français.

 

Adresse :