Littérature, arts et langue française à la fête à l'école 1286 de Moscou

Imaginez : pas de cours mais on bouge, on cherche et on fait de son mieux... C’est la fête de la langue française qui nous rend toujours heureux !

Pour les classes de l’école primaire c’était un véritable marathon. Les élèves ont reçu un carnet de route à remplir et il leur fallait réussir les 8 étapes proposées : mathématiques, dessin, bricolage, grammaire, intelligence, français, théâtre, jeu. Mais la règle : 7 minutes pour réussir chaque étape ! Aussi, c’est l’esprit d’équipe qui est l'arme secrète du succès. Donc sans coopération et concertation, pas de réussite.

Les élèves de 3e ont récité et joué toutes les poésies et chansons apprises cette année lors de la recréation à la française. Leurs dessins et tableaux sur la France aimée servaient de décor.

Les élèves de 6e ont organisé « La foire des livres fantastiques» où les auteurs eux-mêmes proposaient de lire et d’acheter leurs chefs-d’œuvre.  Le règlement s’est fait  en espèce : les billets de 50, 100 « livres » ont beaucoup circulé. Le banquier est resté content d’octroyer autant de crédits à ceux qui n’avaient pas sur eux les montants dûs.

Parallèlement, la rencontre avec les fables de La Fontaine via des dessins animés fascinants était prévue pour les élèves de 6e.

Tous ceux qui aiment la littérature se sont réunis au salon poétique. Pour les élèves de 7e, c’était « La couronne des sonnets ». Presque chaque élève a lu un sonnet en français (et une traduction russe pour la meilleure compréhension de tous). La couronne de sonnets était composée de vers des poètes de la Renaissance –  Pierre de Ronsard, Joachim Du Bellay, Agrippa d’Aubigné, Louise Labé - et pour que notre couronne soit plus belle, nous y avons ajouté une fleur peu ordinaire - un sonnet de Shakespeare en anglais lu par Varvara Kovalieva. 

Comme la poésie de Louise Labé était consacrée au luth, nous avons remplacé le son de cet instrument par la guitare. C’était Maxim Nikanorov qui a joué une mélodie du compositeur de l’époque de la Renaissance – Francesco da Milano. Les élèves ont chanté grâce à un poète russe qui avait écrit des paroles sur cette mélodie.

Encore une couleur à notre couronne – une touche de peinture. Lada Koroleva a dit quelques mots sur l’œuvre de Raphaël et sa Madone Sixtine. En lien avec cette référence, nous avons entendu le sonnet d’Alexandre Pouchkine – La Madone. Pouchkine nous a introduits dans le XIXe siècle et, bien sûr, les élèves ont lu les sonnets des poètes français de cette époque – Alfred de Musset, Charles Baudelaire, Albert Samain.

Pour cloturer l'événement, notre chœur des 7 e a chanté « Gaudeamus » en latin – hymne des étudiants, composé au Moyen-Age, qui a traversé les siècles et nous inspire toujours.

Pour les classes de 9e et 10e, nous avons organisé le salon consacré au patrimoine poétique de Michaïl Lermontov qui vient de célébrer son 200e anniversaire.

Pour ceux qui aiment la littérature contemporaine, Valéry Orlov, traducteur, interprète, écrivain, collectionneur, a présenté Boris Vian : la vie si courte, mais fructueuse avec sa musique, ses 500 poèmes et ses romans qui ont traversé le temps.

Bravo à tous les enfants et à tous les professeurs qui ont fait de cette fête un hommage aux langues et aux arts.

Natalia Potapova, responsable de la section bilingue de l'école 1286 - Moscou

Quelques souvenirs :